1. Le CO2 supercritique est-il un nouveau solvant ?

Non, il est utilisé depuis plusieurs années dans de nombreux processus industriels d'extraction, comme la décaféination du café, le traitement du liège pour supprimer le goût de bouchon, la production d’huile de sésame mais aussi dans les milieux médicaux, pour l’imprégnation d’implants ou la stérilisation d’instruments.

2. Est-ce que l'utilisation du CO2 contribue à l'effet de serre ?

Non, le CO2 que nous utilisons est tiré de la récupération de rejets (sous-produits) de l’industrie chimique qui sont recyclés puis ensuite purifiés par des gaziers comme Air Liquide (notre partenaire). Nos machines travaillent en cycle fermé dont une faible quantité (de l’ordre de 10%) de CO2 est rejeté dans l’atmosphère.

3. Est-ce que des traces de solvant (CO2 ) peuvent rester le matériau traité ?

Non, le CO2 existe uniquement à l’état gazeux (comme dans l’air que nous respirons), c’est pour cela qu’on ne le retrouve pas à l’issue du nettoyage. 

4. Le CO2 peut-il entraîner des dommages ou de la corrosion sur les matériaux traités ?

 

Non, le CO2 est inerte vis-à-vis des métaux et des alliages à nettoyer. Il ne présente donc aucun risque.  

5. Le CO2 supercritique est-il le seul agent de dégraissage dans la machine  ?

Pour l’instant oui. Il faut savoir que le programme de la machine sera adapté au dégraissage de chaque type de pièces : temps de lavage, pression et température seront ajustés pour atteindre le résultat de nettoyage, tout comme les agitations, oscillations ou l’ajout d’ultra-sons dans l’autoclave de lavage. 

Dans certains cas particuliers, on peut utiliser des co-solvants tels que l'eau ou l'éthanol, ainsi que des additifs tels que des agents tensioactifs ou des agents « complexants ». Nous travaillons actuellement à la recherche d'additifs bio-sourcés et biodégradables pour complémenter l'action du CO2.

6. Le CO2 peut-il éliminer seul tous les types de lubrifiants ? 

D'après nos nombreux essais, le CO2 seul est plus efficace sur les huiles solubles que sur les huiles entières dont certaines restent peu solubles au CO2. C'est pour cette raison que notre programme de recherche se poursuit par l'évaluation d'ajout de tensio-actifs. 

7. Le personnel d'exploitation a-t-il besoin de formation particulière pour utiliser une machine DFD ?

Comme pour tout nouveau matériel, l'installation d'une machine DFD fera l’objet d'une formation adaptée sur site. DFD pourra instruire le personnel sur les processus de maintenance et de production, ainsi que sur l’utilisation d'autoclaves et d'équipements sous pression et la manipulation de l’écran de commande.