Comment le CO2 supercritique optimise le nettoyage des textiles implantables ?

En matière de nettoyage de tissus médicaux sous toutes ses formes (synthétiques, en polymères de type PP, PLLA, ou PET en fils, en poudres, en tissus…), les procédés utilisant le CO2 supercritique permettent un nettoyage à sec, sans eau ni solvant, à basses températures, sans résidus, aux résultats supérieurs aux procédés traditionnels. 3 raisons à cela :

1) Plus besoin de rincer pour éliminer les résidus

Le traitement au CO2 supercritique permet un nettoyage à sec, sans eau ni solvant, donc sans résidus.

L’élimination d’huile d’ensimage des textiles (qui représentait par exemple entre 2 et 2,5% de la masse du textile) est comparable aux niveaux atteints avec les procédés classiques : ≤0,1%, mais sans aucun ajout de détergent et donc sans aucune trace de solvant résiduel (l’analyse suivant la norme NF S 94-167-5 fait foi). Pour cela les machines de DFD utilisent des pressions comprises entre 100 et 300 Bar suivant les types d’huiles d’ensimage.

L’objectif du traitement au CO2 d’éliminer les résidus de solvants dans les textiles est donc atteint.

En même temps, le temps du processus de lavage est drastiquement réduit : on passe de 10 à 24 h en plusieurs opérations à entre 30 et 120 min en une seule opération de traitement.

Comparé aux procédés lessiviels traditionnels, les fabricants de dispositifs médicaux implantables, apprécient les propriétés de productivité de ce procédé avec des coûts d’exploitation par 4 voire plus selon les cas.

Pour rappel, le dioxyde de carbone liquéfié, lorsqu’il est chauffé au-delà de 31° C et mis sous pression au-delà de 74 Bar, atteint son domaine supercritique pour être utilisé comme un solvant apolaire qui traite en profondeur des pièces. Ce gaz inerte a la propriété d’être sans risque pour les pièces : il offre une très bonne compatibilité pour la majorité les polymères qui sont préservés par un fonctionnement à basses températures (entre 35 et 50°C).

2) une charge biologique ou Biobuden réduite grâce à des propriétés de stérilisation

La technologie du CO2 supercritique intéresse l’industrie médicale car elle permet un nettoyage sans résidu en salles blanches et va plus loin en termes de charge biologique, les niveaux de qualité de nettoyage obtenus sont encore sans équivalent sur le marché. Nos traitements contribuent à abaisser le BioBurden jusuq’à des niveaux pouvant aller jusqu’à fois 20 fois moins. Le point d’intérêt de la technologie est aussi que de nombreuses publications signalent un effet stérilisant du CO2 supercritique.1,2,3 Cet effet stérilisant est un atout majeur du procédé DFD au CO2 Supercritique par rapport aux procédés traditionnels (lessiviels ou d’extraction Soxhlet à l’éther)/

3 ) Un procédé meilleur pour l’écosystème environnemental

Contrairement aux procédés classiques, les machines utilisant le CO2 sont écologiques et sans risque pour l’environnement, elles n’émettent aucun COV et respectent la qualité de l’air ; elles n’utilisent pas d’eau et contribuent à préserver les nappes phréatiques ; enfin elles ne présentent aucun risque pour la sécurité : ce sont des équipements sous pression qui remplacent avantageusement les procédés ATEX.

CTA En savoir plus sur la dernière-née des machines pour le médical MD 30.1 destiné à un usage en salle blanche (faire lien avec la page) Contacter DFD


1 Anne Bernhardt et al., “Improved Sterilization of Sensitive Biomaterials with Supercritical Carbon Dioxide at Low Temperature,” PLoS ONE 10, no. 6 (2015), doi:10.1371/journal.pone.0129205.
2 G. Bertoloni et al., “Medical Device Disinfection by Dense Carbon Dioxide,” Journal of Hospital Infection, 2011, doi:10.1016/j.jhin.2010.09.020.
3 Volker Herdegen et al., “Sterilization of Medical Products from Collagen by Means of Supercritical CO2,” Chemical Engineering and Technology, 2014, doi:10.1002/ceat.201300679.

Procédé de nettoyage au CO2

Industrie de pointe

Medtech

Recyclage des plastiques et métaux

Textiles

Actualités DFD